La Contre-Réforme catholique au XXe siècle

Derniers numéros de la Renaissance catholique

La Révolution tranquille

1960 : au mythe de la « grande noirceur » va succéder un autre mythe, façonné par ses artisans : celui d’une « Révolution tranquille » à la marche irrépressible et permettant tous les espoirs… Parvenus à ce point de notre histoire volontaire, au basculement de notre monde chrétien, il importe avant tout de ne pas se laisser impressionner par les apparences. Un tel phénomène n’est spontané en aucun peuple, il est forcément le résultat d’une subversion préparée de longue date, diffusant ses idées à petites doses dans le corps social. 

La rébellion érigée en art ou l’art de l’apostasie

Dans une suite de conférences, nous avons survolé l’histoire de notre patrimoine artistique. Alors qu’à la fin du XIXe siècle notre architecture religieuse perd tout caractère propre, les arts plastiques s’enrichissent de belles œuvres originales. Des artistes canadiens-français produisent un art figuratif en harmonie avec la société québécoise, exprimant quelque chose de plus profond au-delà de la simple représentation du réel. Dans ce contexte culturel surgit soudainement l’art abstrait, véritable révolution culturelle qui annonce un bouleversement de la société canadienne.

La religion du MASDU

Les actes de Vatican II sont imprégnés de l’hérésie personnelle du pape Paul VI, une nouvelle théorie de la religion comme « Mouvement d’Animation Spirituelle de la Démocratie Universelle », en abrégé MASDU. Aujourd’hui le pape François la professe en disciple, stérilisant ses efforts de réforme de l’Église et l’empêchant d’écouter les demandes de Notre-Dame de Fatima.

Le Canada et la Grande Guerre  : Victoires militaires, défaite nationale

La victoire de Courcelette, le 16 septembre 1916, et d’autres, moins importantes, en octobre et en novembre, consolidèrent la réputation du corps d’armée canadien et de son commandant anglais, le général Byng, dont la tactique pour emporter les tranchées ennemies se révéla fort efficace, en même temps qu’économe en vies humaines. Au pays, les anglophones ne pouvaient plus considérer les Canadiens-français comme des lâches ou des traîtres. Il aurait donc été possible de favoriser une réconciliation des deux « peuples fondateurs ». Il n’en a rien été…

Le Canada et la Grande Guerre  : Héroïsme des soldats et luttes partisanes

Il y a un siècle, avec la loi sur la conscription, le Canada entrait dans une crise politique majeure qui creusa un fossé entre les Québécois et le reste des Canadiens. Pourtant, au même moment, soldats canadiens francophones et anglophones mêlaient leur sang dans des combats héroïques, prenant ainsi peu à peu conscience de leur identité nationale. Étudions ce curieux phénomène d’un nationalisme s’affermissant sur un théâtre d’opérations étranger, tandis qu’il devient impossible sur son sol.

Nouvelles rubriques à consulter

LA RENAISSANCE DE L’ACADIE CATHOLIQUE ET FRANÇAISE
II. Un exemple de nationalisme catholique soutenu par saint Pie X

Saint Pie X ne pouvait qu’admirer l’œuvre de Mgr Richard qui, tout en donnant des preuves d’une volonté de bonne entente avec les catholiques anglophones, ressuscitait un peuple où tout était catholique et où cependant les partis politiques étaient tenus à l’écart pour sauvegarder l’union. Saint Pie X considéra qu’il était juste que ce peuple ait un évêque acadien pour prendre la tête de ce combat selon ses directives.

LA RENAISSANCE DE L’ACADIE CATHOLIQUE ET FRANÇAISE
I. La vie et l’œuvre de Mgr Marcel-François Richard

En Amérique du Nord, une communauté catholique et française d’abord tombée sous les coups d’une violente persécution anglo-protestante, a su renaître et peu à peu s’imposer ; c’est l’Acadie, dont l’histoire va alimenter notre réflexion sur les conditions d’une possible cohabitation des deux communautés nationales. Cette renaissance est en grande partie l’œuvre de l’abbé Marcel-François Richard qui fut le porte-parole et le défenseur de son peuple.

LES CAPUCINS CANADIENS EN INDE
II. De la missiologie à l’inculturation

Nous avons laissé les Capucins canadiens à un tournant de leur aventure missionnaire, quand ils prennent possession du territoire confié à leurs soins par la Congrégation de la Propagande : la préfecture apostolique de Gorakhpur. Pour le nouveau préfet, Mgr Malenfant, le temps était enfin venu de mettre en application sa doctrine missiologique, mûrie depuis longtemps, à l’école des papes Pie XI et Pie XII, ainsi que des experts les plus en vogue à l’époque.

LES CAPUCINS CANADIENS EN INDE
I. De la mission à la missiologie

Ce fut une grande grâce pour les jeunes Capucins canadiens de faire leurs premières armes en Éthiopie sous la direction de Mgr Jarosseau. Chassés au moment la guerre, ils ont été appelés en Inde pour remplacer les Italiens. C'est en 1947, qu’ils prennent en charge la préfecture apostolique de Gorakhpur.

Elzéar DeLamarre et le Lac-Bouchette

Le pèlerinage du Lac-Bouchette, un des sanctuaires nationaux du Canada, a participé à l’endiguement du libéralisme pendant plusieurs décennies, grâce à son fondateur, l’abbé Elzéar DeLamarre, ardent polémiste et catholique intégral. De nombreux pèlerins y ont retrempé leur foi et avivé leur dévotion à l’Immaculée et à saint Antoine.

Consécration du Canada au Cœur Immaculée de Marie

En 1947, pour le centenaire du diocèse d’Ottawa, une double manifestation s’organisa : d’une part, le pèlerinage de la Vierge, du Cap-de-la-Madeleine jusqu’à la capitale fédérale, et d’autre part le Congrès marial d’Ottawa. Ce fut un véritable triomphe qui se conclut par la consécration du Canada au Cœur Immaculé de Marie.